Être riche de ses amis…

Nous éprouvons parfois un sentiment étrange, riche et subtil, qui n’appartient qu’au genre humain et qui confère aux femmes et aux hommes qui le cultivent une joie gratuite comme celle que peut procurer l’art ou bien la vie quand on prend le temps de se poser pour le réaliser.

Il s’agit du sentiment d’amitié dont on ne parle que très rarement hormis sur les réseaux sociaux où il se galvaude.

C’est un sentiment qui gagne à être pratiqué sans trop le nommer ni le commenter car toutes les attentes qu’il suscite naissent sans parole et parviennent souvent à se propager et à se partager dans une joie muette.

C’est un sentiment profond, solide, viril, pudique et romantique à la fois qui ne se disperse pas en mots et pourtant, il est si riche de sens…

En effet, lorsqu’on fait des amitiés à quelqu’un, c’est juste lui faire bon accueil, avoir pour lui des prévenances, voir lui dire des paroles obligeantes mais faire amitié à quelqu’un consiste déjà à lui témoigner de l’affection et de la bienveillance alors que faire amitié avec quelqu’un signifie carrément se lier à lui par ce sentiment d’amitié qui implique une réciprocité et un certain équilibre qui le portent bien au delà du simple attachement connu de tous les animaux.

Ce sentiment va jusqu’à conduire deux amis à marcher dans la vie sur la même voie sans se retourner, l’un favorisant les desseins de l’autre et l’autre favorisant les desseins de l’un sans pour autant qu’ils se rencontrent souvent ou qu’ils aient des choses à se demander ni même forcément une manière identique de vivre ou de penser.

Il va jusqu’à s’exprimer parfois très pudiquement, sachant être timide quand il faut et même parfois aveugle quand il doit.

Il va jusqu’à permettre d’atteindre le paroxysme de la confiance que l’on peut avoir en l’autre dans le cadre de laquelle naissent nos plus belles confidences parfois sans même que nous le realisions car l’amitié est malheureusement souvent comme la bonne santé, sa valeur pouvant être inconnue jusqu’à qu’elle soit perdue.

Il est une force tranquille, sorte d’énergie solaire et positive, dont on ignore souvent qu’on est incapable de s’en passer. On a en effet besoin d’amitiés comme on a besoin de sommeil, de boire ou de se nourrir.

C’est en effet le plat de résistance de l’âme qui avitaille le coeur et nous comble, dans le silence et la plénitude, comme un bateau sans erre sous les vents alizés, de joie et d’espoir.

Pour toutes ces raisons, comme en a encore témoigné ce soir Calogero dans le somptueux théâtre de la Cité de Carcassonne, en le chantant avec sa musique et ses mots sous les regards croisés exceptionnels de la Lune et de Mars, on est riche que de ses amis…