Le vin est l’âme de la France

20180208_1136201685833515.jpg

Il est vain de vouloir ternir l’image de la si fine et délicate civilisation du vin par des campagnes désastreuses où, par exemple, l’image d’un « tire-bouchon », dédié à l’ouverture de nos bouteilles de vins, symbolisait hier encore le lien fait entre consommation d’alcool et risque de cancer.

Il est vain et vilain, pour un Ministre, Mme Buzyn, de vouloir marquer son passage par un acte de maltraitance de la filière viticole en déclarant par exemple, pour annoncer le durcissement de la politique sanitaire en la matière, que le vin est un alcool comme les autres et qu’il est mauvais dès le premier verre, occultant honteusement qu’il est le résultat d’une constante et raffinée tradition millénaire.

Aussi, pour que les motd, faits et gestes du Président MACRON ne soient pas vains, lorsqu’il déclarait en décembre 2016 pour le magasine Terres de Vins : « Le Vin est l’âme de la France », ou lorsqu’il dégustait avec le President Chinois à Changai en novembre 2019 un verre de vin de la Clape en Languedoc pour le plus grand plaisir de ce dernier, il faut rappeler à tous les Ministres de tous les bords que sans Cérès et Bacchus, Vénus était de glace et qu’avec aussi peu de discernement, ils risquent la disgrâce…

Le vent qui souffle dans mon pays est souvent celui de la colère, il s’agit du pays des Corbières dont le seul son, à qui le prononce ou l’entend, désigne en deux syllabes le rude et la douceur qui caractérisent ensemble ce territoire.

Notre pays est pauvre, tourmenté, dépouillé, mais il ne manque pas de splendeurs, dont ses vignes, qui apparaissent dans le paysage comme une respiration vitale enrobant de ses ceps les moindres reliefs jusqu’aux pentes et terrasses escarpées comme pour inscrire sur la peau tannée de notre terroir défavorisé la rudesse et la pugnacité des femmes et des hommes qui vivent sur cette terre ardente et rebelle.

Ainsi, détracteurs de nos crus qui ne devraient pas être crus, combattants aveuglés de l’alcool et des vins, adeptes radicaux d’un amalgame idiot, ne vous en déplaise, le vin coule dans nos veines parce qu’il est le produit, miracle de notre labeur, d’une veine de notre terre qui a saigné au soleil…

Le vin rassemble et magnifie les plus precieuses valeurs humaines dont le temps et la patience et il suffirait justement de prendre le temps de respirer soigneusement l’air de chez nous ou celui d’autres régions viticoles, pour constater qu’il est notre patrimoine commun, notre culture, notre tradition de sorte que dans chaque endroit où on l’élève, le vin parle avec son accent pour raconter l’histoire de son terroir et tous les vins de toutes nos régions, ensemble, racontent l’histoire de France.

Heureux le pays qui, comme la France, peut parer sa nudité d’une jupe de vignes et au moment où je lève mon verre, rempli du vin de la couleur de ma terre, je songe en me roulant par terre qu’ils n’en ont pas en Angleterre.

Je pense à nos amis vignerons qui dans tout le pays cultivent « l’âme de la France », je pense à ceux qui ont taillé, à ceux qui espèrent vendanger, à ceux qui ont subi la sécheresse et/ou la grêle et même à ceux qui n’ont pas pu replanter alors qu’ils s’y étaient obligés.

Rien ni personne ne devrait etre autorisé à les désobliger.

Un repas sans vin, disait notre Président avant d’être élu, est un repas un peu triste et je pense comme lui même s’il faut savoir faire preuve d’équilibre et de modération.

Ce discernement passe nécessairement par l’éducation et sûrement pas par la contrainte ou les phrases radicales et les pictogrammes apposés sur nos bouteilles qui n’ont finalement de sens, sauf à prendre les consommateurs pour des ivrognes imbéciles, que celui de satisfaire les intégristes de la santé qui prônent la destruction d’une culture millénaire.

Pour la question du vin, je suis donc bien d’accord avec Didier Guillaume, nouveau Ministre de l’agriculture qui semble vouloir se mouiller pour le vin et défendre sa culture.

En réaction, pour préserver l’âme de la France, je propose a chacun des lecteurs de cette plaidoirie de faire preuve de raison et d’acquitter le vin, non pas au bénéfice du doute mais au bénéfice du bon et du meilleur en le dégustant et en songeant à cette phrase de Charles Baudelaire, qui a dit « tout est bon pour accéder au vin car si celui-ci disparaissait de la production humaine, il se ferait dans la santé et dans l’intelligence un vide, une absence, plus affreuse que tous les excès dont on le rend coupable ».

20180211_200537625946345.png