Le choix de la cigale…

Photo : Olivier Jarretou

Il existe dans notre midi une sélection naturelle qui n’existe nulle part ailleurs et qui surclasse toutes les autres.

Certains s’inscrivent à des concours pour faire reconnaître par un jury de spécialistes la noblesse de leurs produits et c’est parfaitement louable car cela permet d’être récompensé de son travail et de le faire savoir.

Mais d’autres, parfois les mêmes mais pas toujours, ont la chance d’être choisis par la cigale qui, en se posant sur la bouteille, indique et transmet autre chose et bien plus que la simple qualité d’un produit digne d’être distingué.

Le choix de la cigale, c’est l’esprit du midi qui se dévoile aux étoiles, c’est l’odeur des pins qui enivre plus que le vin, c’est la chaleur des pierres millénaires qui assoiffe de bons sentiments…

Et la seule récompense pour l’heureux élu, c’est simplement de savoir l’amitié que lui portent ceux qui comme moi parlent de lui et de son breuvage et celle, inouïe, que lui voue celui qui s’est fait caguer pour débusquer la cigale et la tenir sur la bouteille tout le temps qu’il aura fallu pour prendre la photo…

Mais ici dans le midi, pudeur oblige, il y a des choses comme dirait l’autre qui se sifflent et d’autres, comme les secrets, qui se disent à voix basse et séparément.

Alors, je préfère m’arrêter là et vous tenir le bec dans l’eau pour vous laisser déguster le rosé du même nom, qui est le très amical choix de la cigale.