Croiserez vous un jour exceptionnellement,
Gérard le photographe qui s’accorde une pause,
Sur les pierres de ce pont à basculement,
Reliant à l’aveugle Trèbes à Cantalauze,

Guidé par les rayons de soleil, il rôde,
Matin et soir sur le dos d’âne de la Rode,
Vue sur le canal après le pont Vauban,
Faut le dire au maire il ne manque qu’un banc,

Mais est ce la ville d’Hubert ou bien celle d’Eric,
Qui porte au cadastre l’ouvrage de Riquet,
Mais entre montagne noire et celle d’Alaric,
Chacun a son écluse et des péniches à quai,

De chez moi je l’observe et vois les mêmes cieux,
Une grillade en route et il me lit en morse,
Il n’en faut guère plus à Thomas malicieux,
Pour qu’une dégustation ou un repas s’amorce,

Il me tarde le jour aux chemins de halage,
Ou la photo de gauche prise il y a vingt ans,
Reprendra tous ses droit et n’aura donc plus d’âge,
Le photographe alors reprendra tout son temps.

Poème du moyen âge – auteur inconnu 🤣